La légende du lac de la Maix [Vexaincourt (Vosges)]

Publié le 20 octobre 2022 Thématiques: Âme , Cloche , Danse , Diable , Diable victorieux , Disparition , Enfer , Engloutissement , Impiété , Lac , Légende chrétienne , Messe , Musicien , Origine , Origine de bruits , Origine d'un lac , Origine d'un lieu , Punition , Violoniste ,

Lac de la Maix
Lac de la Maix. Source {{GFDL}} Copyright © Christian Amet via Wikimedia
ajouter aux favoris Ajouter une alerte en cas de modification augmenter la taille du texte reduire la taille du texte
Source: Spetz, Georges / Légendes d'Alsace - Poèmes de Georges Spetz (1905) (2 minutes)
Contributeur: Fabien
Lieu: Lac de la Maix / Vexaincourt / Vosges / France

Au loin, dans les genêts, le doux chant d'un berger,
La fanfare du coq sonnant dans le verger,
Le murmure des eaux, des voix, du babillage,
Et de vagues rumeurs qui partaient du village,
En un joyeux concert, saluaient le matin
Radieux et vermeil d’un dimanche de juin.
C'est la Saint-Jean d'été, la patronale fête !
A célébrer ce jour, chacun gaîment s'apprête.
Le temple est décoré, l’autel paré de fleurs;
Partout la joie éclate et règne dans les cœurs !

Soudain!... au pré, sous le grand chêne,
Comme un lion brisant sa chaîne,
Surgit, la flamme dans les yeux,
Un étranger mystérieux!
Sa face dure, au teint de bile,
Ricane... Il se tient immobile
Et, son violon sous le bras,
Se dresse fier, sans faire un pas!
Mais, tout à coup, vers le village,
Agitant l’archet avec rage,
Il lance un regard de mépris
Sur l’église et le crucifix !

Puis il prélude par un thème.
Vague écho des airs de Bohème?
Pressant appel du violon
Qui résonne dans le vallon !
En écoutant cette musique,
D'un accent sauvage et magique,
On s'étonne, on sort des maisons,
Enfants, jeunes filles, garçons,
En bande, quittent le village...
Mais, pour les charmer davantage,
Cet étrange ménétrier,
D'un geste brusque et cavalier,
Vivement attaque une danse...
Et vers le pré chacun s'élance!
A ces accords harmonieux,
Couples jeunes et couples vieux
S'enlacent!... avec quelle joie
Le cœur bondit et l’œil flamboie! —
Ils dansent tous charmés, ravis!
C’est la valse de leur pays,
Qui d’abord glisse douce et lente,
Puis, soudain, devient entraînante...

Mais les cloches sonnent!... et l’air
S’emplit de leur tintement clair:
Carillon de fête et liesse,
Elles annoncent la grand’messe !...
Les uns s’arrêtent consternés?
Ils ont la peur d’être damnés!...
D’autres, se moquant de leur crainte,
Blasphèment contre la loi sainte!

Mais le violon, sous l’archet,
Vibre, s’anime sans arrêt!...
Et la danse reprend, s’affole!...
L’œil hagard, sans une parole.
Pris de vertige, ensorcelés,
Les valseurs tournent endiablés.
Le violon, comme un orage,
S’emporte, s’irrite, fait rage!...

Et les cloches sonnent encor,
En un plaintif et doux accord:
Elles appellent, elles prient,
Elles pleurent, elles supplient!...

La ronde n'entend, ne voit pas!...
Et la nuit s'avance à grand pas...
Mais ils tournent, tournent sans cesse!..
De l’enfer est-ce la kermesse?

Et les cloches sonnent !... leur voix
Appelle une dernière fois:
„ Pourquoi ne pas prier et croire?"
Leur glas s'ételnt dans la nuit noire!...

Ils tournent, Ils tournent, maudits !
Au bal, par le Diable conduits!
Son violon rugit et râle,
Entraînant la danse infernale!

Horreur!... par un choc terrassés,
Les couples tombent enlacés ;
— „A moi, damnés ! C’est la sentence !
En enfer finira la danse!"...

Tordus et sur l'herbe gisant,
Ils expirent en gémissant !...
Alors la terre se crevasse,
S'entr’ouvre... un vent furieux passe.
L'éclair brille, un coup retentit !...
L’eau monte, bouillonne, engloutit
Le grand pré, l'arbre centenaire!
Sous un lac, que la lune éclaire,
Tous les danseurs sont engouffrés,
Pour toujours à Satan livrés!

Et lui, sinistre, sans mot dire,
Lance un strident éclat de rire,
Frappe un sec et dernier accord.
et disparaît avec la Mort!...

ajouter aux favoris Ajouter une alerte en cas de modification augmenter la taille du texte reduire la taille du texte
Source: Bour Henry / La Forêt vosgienne, son aspect, son histoire, ses légendes (1893) (moins d'1 minute)
Lieu: Lac de la Maix / Vexaincourt / Vosges / France

Au temps jadis, se tenait à la Maix une foire importante. Chaque année, le jour de la Trinité, elle amenait des deux vallées une foule considérable. Le curé de Luvigny célébrait la messe dans la chapelle.

Un jour, de joyeux viveurs, en avance sur leur temps, se mirent à festoyer et à danser au lieu d’assister à l’office, malgré les appels réitérés de la cloche. Ils mettaient même une certaine affectation à tressauter et à jouer des jambes au son du violon, quand tout à coup, au moment où sonnait l’élévation, la terre s’entr’ouvrit avec un bruit épouvantable, et engloutit danseurs et ménétrier. Le gouffre ne se referma pas et fut envahi par les eaux. Ainsi naquit le lac de la Maix.

Aujourd’hui encore, quand, à pareil jour, la cloche annonce l’ élévation de la messe paroissiale, si vous penchiez votre oreille sur la rive, vous entendriez les malheureux s’agiter dans les ondes, aux accords d’un impitoyable crincrin.

ajouter aux favoris Ajouter une alerte en cas de modification augmenter la taille du texte reduire la taille du texte
Source: Wikipédia / Wikipedia (2022)
Lieu: Lac de la Maix / Vexaincourt / Vosges / France

Un jour de pèlerinage, un musicien inconnu serait venu pour faire danser les villageois au son de son violon. Ceux-ci dansèrent si bien qu’ils n’ont pas entendu la cloche les invitant à l’office. Nul doute que cet étranger était le diable en personne. Le châtiment divin ne se fit pas attendre, la terre s’ouvrit sous les danseurs qui se noyèrent aussitôt dans le lac qui venait d’apparaître. Les villageois furent condamnés à y danser jusqu’au Jugement dernier…

Cependant, de nos jours, on dit que certains soirs on peut encore entendre le violoniste…


Partager cet article sur :