la légende du puit du loup [Heidelberg (Bade-Wurtemberg / Allemagne)]

Publié le 21 février 2023 Thématiques: Amour , Animal , Chasseur , Loup , Mort , Noblesse , Origine d'un nom , Prophétie , Source ,

Le puit du loup
Peter Schmelzle, CC BY-SA 3.0 , via Wikimedia Commons
ajouter aux favoris Ajouter une alerte en cas de modification augmenter la taille du texte reduire la taille du texte
Source: Kiefer F.J. / Légendes et traditions du Rhin de Bâle à Rotterdam (1868) (moins d'1 minute)
Lieu: Wolfsbrunnen (Le puit du loup) / Heidelberg / Bade-Wurtemberg / Allemagne

Lorsqu'un endroit près de Heidelberg, nommé Jettenbühl, était encore une forêt épaisse, il y vécut dans ses ombres une clairvoyante appelée Jette. Elle était d'une taille élevée et noble, elle avait la dignité et la grâce d'une Déesse. Un jeune noble de la nation des francs entendit parler de la clairvoyante, résolut d'aller la trouver pour la consulter sur son sort.

Il était sans peur, mais lorsqu'il se trouvait devant elle et qu'elle lui parut comme une vierge du Walhalla (ciel des anciens Scandinaves et Germains) il répondit d'un ton embarrassé à sa question „ce qu'il demandait“?

Noble vierge vous avez le don de voir l'avenir, dites-moi le mien. Jette jeta un regard perçant sur le jeune héros et un changement subit parut avoir lieu tout-à-coup dans son cœur.

Revenez demain vers le coucher du soleil, je consulterai en attendant les Runes.

Le jeune homme revint le lendemain à l'heure convenue dans le bois sacré.

Il y trouva la clairvoyante pensive et triste. „Qu'est-ce que les Runes ont dit?“ lui demanda-t-il. Elle secoua sa tête couverte de boucles en soupirant. L'interprétation ne m'était pas trop claire, mais je crains que nos étoiles ne se touchent.

Mais alors je serais le plus heureux des mortels!" s'écria le jeune homme, en se jetant à ses pieds et en saisissant sa main qu'il couvrit de baisers ardents. „Voulez-vous unir votre sort au mien ?" lui demanda la jeune dame. Le jeune homme l'affirma en prenant tous les Dieux à témoins.

Il faut que notre bonheur reste caché aux yeux des hommes, lui dit la clairvoyante, en lui indiquant la source, connue de nos jours sous le nom de „Puits de loup" pour leur rendez-vous nocturne.

Mais dès la première nuit, lorsque le jeune homme arriva à la source un terrible spectacle se présenta à ses yeux: La jeune dame était couchée par terre et sur son cadavre était un loup affreux qui la déchirait impitoyablement.

La lune éclairait cette scène horrible. Le jeune homme mit aussitôt flamberge au vent et se précipita sur le monstre, qui se défendit, mais dans un clin d'oeil il tomba mort percé par le fer meurtrier.

ajouter aux favoris Ajouter une alerte en cas de modification augmenter la taille du texte reduire la taille du texte
Source: Brauer Ed. / None (1868) (moins d'1 minute)
Lieu: Wolfsbrunnen (Le puit du loup) / Heidelberg / Bade-Wurtemberg / Allemagne

La lune réfléchit sa corne brillante sur les ondes du Neckar, Qui est-ce qui accélère gaiement ses pas à travers la forêt, vers la source entourée de verdure?
C'est la belle Jette de Jettenbühl la sublime clairvoyante, Le sentiment d'un amour fidèle anime ses sens.
Un chasseur inconnu vint tous les soirs à la source de la forêt, Un héros brave et aimable, pour lequel Jette conçut de la passion.
L'ondine les a souvent observés au clair obscure de la lune, Quand ils échangèrent, ivres de plaisirs, les baisers les plus ardents.
Aujourd'hui même elle entreprend, par amour pour lui le pèlerinage nocturne, Animée d'une impatience amoureuse, le chemin lui parait long.
Si long et si sinistre, la lune pâlit, elle précipite ses pas, L'oiseau de la forêt chante du sapin, „ne te dépêche pas tant".
Cependant, presqu'au bout de la carrière, elle voit entouré de branches, Son amant; mon cher! regarde donc! point de réponse.
La fille vole pleine d'ardeur vers lui et embrasse, Hélas ! non son tendre amant, mais un monstre altéré. Un loup qui s'y était désaltéré, la saisit avidement de ses griffes, Le sang qui s'échappe de son sein, teint le buisson et la mousse,
Oh source de malheur! Est-ce que personne n'entend ses cris perçants? Oh chasseur, chasseur, accours pour délivrer ton amante!
Il s'approche, il l'entend, il accourt, il frappe de coups furieux, Le monstre tombe, la fille est délivrée mais froide et pâle,
Elle porte son regard pour la dernière fois sur lui: Adieu mon bien-aimé, ma couronne nuptiale est dans la tombe!
Elle mourut. Au Jettenbühl, où elle demeurait de son vivant, Elle repose, entourée des ondes du Neckar.
De nos jours encore la tradition conte avec douleur le sort de Jetta, Et dès lors on appela cette source, le puits du loup.


Partager cet article sur :