La légende de Jean d'Anglure [Buzancy (Ardennes)]

Publié le 27 décembre 2022 Thématiques: Château , Construction , Croisade , Délivrance , Libération , Musulman , Origine d'un lieu , Prison , Prisonnier , Promesse , Rançon ,

Le Mahomet
Le Mahomet. Source Auteur inconnuUnknown author, Public domain, via Wikimedia Commons
ajouter aux favoris Ajouter une alerte en cas de modification augmenter la taille du texte reduire la taille du texte
Source: Meyrac Albert / Traditions, légendes et contes des Ardennes (1890) (2 minutes)
Lieu: Le Mahomet (disparu) / Buzancy / Ardennes / France

Alors qu'il guerroyait en Palestine contre les Sarrazins à la dernière croisade, Jean d'Anglure, seigneur de Buzancy, fut fait prisonnier. Or, comme c'était un brave soldat en même temps qu'un homme loyal, il devint l'ami de « Melec-Mala, fils du Sultan. » Après dix-huit ans de captivité, il lui fut enfin permis de revenir en France, ayant juré, « sous le serment des chevaliers, » qu'aussitôt arrivé à Buzancy il enverrait sa rançon par deux de ses vassaux.

Il rentre donc dans sa seigneurie, revoit son château. Mais, hélas ! lui, le seigneur d'Anglure, il est méconnaissable, car il a beaucoup souffert sur la terre étrangère, loin des siens, et il s'est étrangement émacié. Il s'est courageusement battu, aussi sa figure est-elle couturée de balafres et a-t-il perdu un oeil; bien des soins lui ont manqué, aussi est-il presque couvert de haillons. 

Mais que sont les souffrances, lorsqu'on foule le sol de la patrie ? Qu'importent les privations d'antan, lorsqu'on va, enfin, presser sur son coeur une femme aimée à laquelle on a toujours pensé chaque jour, chaque heure, chaque minute, et dont le souvenir vous a fortifié dans la mauvaise fortune ?

Il se présente à son château, ne voulant pas, d'abord, se faire connaître, pour mieux surprendre tous ceux qui lui sont chers, pour que leur bonheur soit plus complet. — Que voulez-vous? lui demande-t-on durement. — J'arrive de Palestine, je suis un ami de Jean d'Anglure et porte de ses nouvelles à ceux qu'il n'a jamais oubliés. — Passez votre chemin, imposteur ! mendiant !

Mais dans le château tout semble en liesse : il s'en inquiète, il interroge, on veut alors lui répondre : — La châtelaine se marie demain, le seigneur d'Anglure étant mort en Palestine depuis tantôt dix-huit années.

Il insiste tant et si bien qu'il est introduit auprès de celle qui est sa femme. Il réussit à se faire reconnaître d'elle, surtout en lui rappelant — dit la légende indiscrète — certains signes cachés qu'elle a sur le corps. Ils tombent dans les bras l'un de l'autre. Jean d'Anglure a enfin repris possession de son château, de sa seigneurie. Tous ses vassaux l'acclament, car il fut toujours juste et humain. 

Mais il n'a qu'une parole ; il lui faut réaliser sa rançon. Il vend son château, il vend ses terres, charge d'or et d'argent deux mulets et part avec son domestique pour la Terre-Sainte, car il veut, lui-même, dégager sa parole de loyal chevalier.

Le Sultan revoit alors son ancien prisonnier : il ne peut cacher et son étonnement et son admiration. — Ô loyal Français, s'écrie-t-il, brave chevalier ! je ne veux rien de toi ; il m'a suffi d'apprécier ton admirable loyauté ! Reprends ton or, reprends ton argent, accepte aussi ces riches cadeaux que je vais te faire comme au plus généreux de mes ennemis, mais, en retour, promets-moi, une fois revenu dans ta seigneurie, d'y faire construire un temple à Mahomet.

— Le temple sera construit, répondit Jean d'Anglure. Cette promesse fut tenue, et c'est pour cela qu'on s'est souvent étonné de voir en pleines Ardennes, a Buzancy, un temple élevé en l'honneur du prophète d'Allah.


Partager cet article sur :