La légende de l'esprit familier du Faron [Toulon (Var)]

Publié le 2 mars 2023 Thématiques: Animal , Esprit , Jouer des tours , Lieu hanté , Maison | Cabane ,

Une maison sur le Mont Faron
M.Strīķis, CC BY-SA 3.0 , via Wikimedia Commons
ajouter aux favoris Ajouter une alerte en cas de modification augmenter la taille du texte reduire la taille du texte
Source: Bérenger-Féraud Laurent-Jean-Baptiste / Superstitions et Survivances étudiés... (1896) (moins d'1 minute)
Lieu: Une maison sur la pente du Faron / Toulon / Var / France

Dans une bastide située sur la pente du Faron, près de Toulon, et qui resta longtemps sans locataire, il y a une cinquantaine d'années, il y avait, disait-on, pendant mon enfance, un esprit familier qui éloignait les paysans de l'idée d'y habiter. Cet esprit se livrait, dès que la nuit était venue, et même parfois pendant le jour, à des ébats qui se traduisaient par des bruits étranges. dans une des chambres du rez-de-chaussée ? on entendait dans le grenier des bruits et des chocs qui auraient fait jurer qu'on jetait un sac ou un coffre par terre. Montait-on au grenier? on entendait, dans la cuisine, la vaisselle s'entre-choquer. - A chaque instant, les meubles de la chambre à coucher étaient changés de place par une main invisible. -L'âne et la chèvre étaient trouvés attachés ou vaguant dans un champ voisin, alors qu'on les avait remisés, avec soin, dans l'écurie, peu avant; ou bien on les trouvait à l'écurie, lorsqu'on était sûr de les avoir fait sortir déjá.

Un jour, quelques individus, désireux d'avoir le mot de ces étrangetés, s'en allèrent dans cette bastide pour s'y livrer à des recherches minutieuses; ils entendirent des bruits divers, mais ne purent surprendre celui qui les faisait. A un moment donné, un des investigateurs crut entendre des soupirs sortir d'un puits voisin ; il alla y regarder et revint pâle comme un mort, disant à ses compagnons qu'il venait de voir surnager, dans l'eau, le cadavre d'un corps d'homme sans tête. On alla aussitôt pour vérifier le fait, et on ne vit plus rien d'insolite cette fois. Au même instant, les fenêtres du grenier s'ouvraient avec fracas; aussi nos enquêteurs prirent-ils le parti de déguerpir.


Partager cet article sur :