La légende des mouches de Mendiodo [Géronce (Pyrénées-Atlantiques)]

Publié le 17 avril 2023 Thématiques: Animal , Champs , Mouche , Paysan ,

La ferme Mendiondo
La ferme Mendiondo. Source Google Street View
ajouter aux favoris Ajouter une alerte en cas de modification augmenter la taille du texte reduire la taille du texte
Source: Vinson Julien / Le folk-lore du Pays Basque (1883) (moins d'1 minute)
Lieu: Mendiondo / Géronce / Pyrénées-Atlantiques / France

Dans la maison Mendiondo il у avait un maître qui était un grand paresseux, et pourtant les travaux de sa maison étaient toujours terminés des premiers.

Un matin, en une heure, la prairie au-dessous de la maison se trouva fauchée; un dimanche, pendant le temps de la messe, tout le froment d'un champ fut coupé. Tout le monde était étonné, parce qu'il ne paraissait chez lui aucun ouvrier.

La femme du maître de Mendiondo se méfiait aussi de lui.

Un dimanche, comme il allait à l'église, il cacha quelque chose dans un buisson. Sa femme le vit de loin et fut assez curieuse de savoir ce que c'était. Elle trouva un étui. Elle l'ouvrit, et il en sortit une dizaine de mouches. Ces mouches lui allèrent aux yeux et aux oreilles en demandant : « Que faire ? que faire? que faire ? » Stupéfaite, la femme dit : « Rentrez dans le même trou », et tout de suite elles rentrèrent dans l'étui. Elle le referma et le remit à sa place habituelle.

Elle ne tarda pas à dire à son mari ce qui lui était arrivé, et il lui avoua alors que c'étaient ces mouches qui faisaient tout le travail de la maison.

A partir de ce moment, elles faisaient tout de suite tout le travail, quel qu'il fût, que la femme aussi leur donnait.

Un jour, elles la tourmentaient en disant bruyamment: « Travail! travail! travail! travail ! » Elle leur donna un crible et leur dit : « Allez, remplissez la barrique vide du chai en portant de l'eau dans ce vase depuis la nasse du moulin, et vous la porterez au pré qui est au-dessous de la maison ».

Au bout d'un moment, ayant fini ce travail, elles étaient encore là à tracasser: « Travail ! travail ! travail ! travail ! »

Ne pouvant plus les supporter, elle alla trouver son mari et lui dit : « Quel miracle est ceci? nous devons nous priver de ces mouches! — Oui, répondit-il, mais leur doit des gages chacune. Il y a dix oies en haut de la maison; donnez-les-leur ».

En même temps, ces oies s'envolèrent à grands cris vers les nuages, et les mouches de Mendiondo ne reparurent plus.


Partager cet article sur :