La légende du Diable et de Saint Remacle [Stavelot (Province de Liège, Trois-Ponts (Région Wallone / Belgique)]

Publié le 3 novembre 2022 Thématiques: Abbaye | Monastère , Ange , Diable , Diable roulé , Légende chrétienne , Origine , Origine d'une roche , Pierre | Roche , Ruse , Saint Remacle , Saint | Sainte ,

Abbaye de Stavelot
Sjaak Kempe, CC BY 2.0 , via Wikimedia Commons
ajouter aux favoris Ajouter une alerte en cas de modification augmenter la taille du texte reduire la taille du texte
Source: Meyrac Albert / Traditions, légendes et contes des Ardennes (1890) (moins d'1 minute)
Lieu: Abbaye de Stavelot / Stavelot / Province de Liège / Belgique

Saint Remacle venait de bâtir son monastère de Stavelot et s'apprêtait à en faire la dédicace lorsqu'un ange, envoyé par saint Martin, vint lui apprendre qu'un grand danger le menaçait. Satan, furieux de l'avoir pour rival et prévoyant que ce nouveau monastère lui vaudrait un surcroit de tribulations, avait résolu d'en finir avec ces prédications importunes. Il venait, chargé d'une grosse pierre pour la laisser choir sur l'église au moment où saint Remacle serait pieusement occupé à chanter les louanges du Seigneur.

Le saint comprit qu'il n'avait pas de temps à perdre et, ramassant toutes les vieilles sandales qu'il pût trouver dans les cellules, il emplit une hotte, en chargea l'un de ses moines et, donnant ses dernières instructions, lui dit quel chemin il aurait à suivre. 

Arrivé à quelques lieues de Stavelot, le rusé messager rencontra Satan, sa grosse pierre sur le dos... Dès qu'il aperçut le moine, il feignit une fatigue extrême et lui demanda s'il était encore fort éloigné de Stavelot. Or, le moine, vidant tout aussitôt sa hotte de vieilles sandales : « Jugez-en vous-même, répondit-il, tout cela était neuf quand je suis parti. »

A ces mots, Satan, qui déjà trouvait la marche fort longue, lâcha un juron diabolique et, jetant sa pierre au loin, il l'envoya à tous les diables, ainsi que saint Remacle.

ajouter aux favoris Ajouter une alerte en cas de modification augmenter la taille du texte reduire la taille du texte
Source: Harou Alfred / Revue des Traditions Populaires (1896) (moins d'1 minute)
Lieu: Rocher du Faix du Diable / Trois-Ponts / Région Wallone / Belgique
Lieu: Abbaye de Stavelot / Stavelot / Province de Liège / Belgique

Saint Remacle venait de bâtir l'abbaye de Stavelot (province de Liège); on devait en faire la dédicace le lendemain et un ange avertit le saint que Satan arrivait avec une grosse pierre qu'il se proposait de laisser tomber sur le toit au bon moment.

Saint Remacle se fit apporter tous les vieux souliers que l'on put réunir et s'en alla à la rencontre du diable. La rencontre eut lieu près de Vanne, au-dessus d'une rude montée. L'autre ayant demandé le chemin de Stavelot, et s'il en était encore éloigné, Saint Remacle vida le sac aux souliers et dit: - Voilà ce que j'ai usé de chaussures depuis que j'ai passé par là ! - Matin ! dit le diable, je n'arriverai jamais à temps pour la cérémonie !

Et, découragé, il laissa tomber son bloc qui se brisa et s'enfonça dans le sol, où il est resté.

ajouter aux favoris Ajouter une alerte en cas de modification augmenter la taille du texte reduire la taille du texte
Source: Lemoine Jules / Le folklore au pays Wallon (1892) (moins d'1 minute)
Lieu: Rocher du Faix du Diable / Trois-Ponts / Région Wallone / Belgique
Lieu: Abbaye de Stavelot / Stavelot / Province de Liège / Belgique

Quand Saint-Remacle bâtissait l'abbaye de Stavelot, le diable avait essayé par tous les moyens de le détourner de son entreprise. Mais le saint, fort de la protection divine, parvint à terminer le monastère.

La veille du jour où devait se faire la dédicace de l'église, le diable au désespoir, s'en alla ramasser, loin d'ici, la plus grosse pierre qu'il put trouver, dans le dessein de la lancer sur le toit, pendant la cérémonie, pour qu'elle enfonçât la voûte et écrasât les religieux sous ses débris. Heureusement, la nuit même, un ange était apparu à Saint-Remacle et l'avait averti du nouveau danger qui le menaçait.

Le matin venu, le saint donna ordre de lui apporter tous les vieux souliers, toutes les vieilles semelles qu'on put trouver; il les fit mettre dans un sac, les chargea sur les épaules d'un de ses disciples et l'envoya sur le chemin que le diable devait suivre. Le disciple rencontra l'ennemi du genre humain au moment où il venait de gravir, avec son énorme fardeau, la côte qu'on nomme le Tier-au-Diable.

Il suait sang et eau et s'était arrêté pour reprendre haleine. -"Camarade, dit-il à l'homme au sac, y a-t-il encore loin d'ici à l'abbaye de Stavelot?

L'autre, avant de répondre, vida le sac à ses pieds. " Voyez, dit-il, j'en viens, de l'abbaye de Stavelot. Je ne sais pas au juste quelle distance j'ai parcourue, mais voici les débris de toutes les chaussures que j'ai usées, depuis que je suis en marche.

Le diable jeta sur ce monceau de semelles un regard découragé, et jugeant par là de la longueur du chemin qui lui restait à faire, il désespéra d'arriver à temps à Stavelot pour empêcher la dédicace du monastère. Il laissa glisser de ses épaules la pierre qu'il portait, fit entendre un blasphème si horrible que les anges se signèrent au paradis, et disparut.

Le Faix du Diable resta à la place où il était tombé, sans qu'aucune force humaine soit jamais parvenue à le soulever.

ajouter aux favoris Ajouter une alerte en cas de modification augmenter la taille du texte reduire la taille du texte
Source: Harou Alfred / La Tradition (1890) (moins d'1 minute)
Contributeur: Fabien
Lieu: Rocher du Faix du Diable / Trois-Ponts / Région Wallone / Belgique
Lieu: Abbaye de Stavelot / Stavelot / Province de Liège / Belgique

Il prit un jour fantaisie au diable d'amener entre Wanne (Liège) et Grand Halleux (Luxembourg) un énorme monolithe, destiné à écraser St-Remacle et le monastère qu'il venait de fonder à Stavelot. On peut encore voir aujourd'hui la place qu'occupait un gros anneau de fer soudé à cette pierre et qui servit à la transporter.

C'en était fait de St-Remacle, si un ange ne lui était apparu et ne l'avait averti du danger qu'il courait. En homme bien avisé, Remacle usa d'un stratagème, car avec Satan il faut ruser. Il se fit donc apporter tous les vieux souliers qu'on put recueillir, et ordonna qu'on les mit dans un sac. Cette opération terminée, il appela un de ses disciples, lui donna ses instructions et lui remit le sac. Le disciple de St-Remacle s'en alla par le chemin que devait suivre le diable. Au Tier-au-Diable, il rencontra Satan, son fardeau sur les épaules, qui suait sang et eau et qui s'était arrêté pour reprendre haleine. « Camarade, dit-il au disciple, y a-t-il loin d'ici à l'endroit où l'évêque Remacle bâtit son monastère? Voici, fit le disciple en vidant son sac aux pieds du diable, les débris des chaussures que j'ai usées depuis mon départ du monastère. » Le diable jeta un regard découragé sur les chaussures, laissa glisser la pierre, proféra un formidable blasphème et disparut.

Le faix du Diable resta à la place où il était tombé, sans qu'aucune force humaine soit jamais parvenue à le soulever.


Partager cet article sur :


Je vous propose d'autres légendes de la Province de Liège

Bientôt d'autres légendes pour cette région !

Bientôt d'autres légendes pour cette région !