La légende des aboyeuses de Josselin [Josselin (Morbihan)]

Publié le 26 novembre 2022 Thématiques: Animal , Chien , Lavandière , Légende chrétienne , Lieu miraculeux , Malédiction , Mauvais accueil , Miracle , Pauvre , Punition , Statue de la Vierge , Transformation , Vierge ,

Fontaine Notre-Dame du Roncier
Édouard Hue, CC BY-SA 4.0 , via Wikimedia Commons
ajouter aux favoris Ajouter une alerte en cas de modification augmenter la taille du texte reduire la taille du texte
Source: Fouquet Alfred / Légendes, contes et chansons populaires du Morbihan (1857) (moins d'1 minute)
Lieu: Fontaine Notre-Dame du Roncier / Josselin / Morbihan / France

Dans le petit chemin qui conduit les piétons de la ville à l'antique abbaye du Mont-Cassin, dont j'ai connu les restes aujourd'hui disparus, on trouve une source abondante, où les servantes du pays vont puiser de l'eau ou laver des linges. Cette source est connue sous le nom de Fontaine-de-la-Vierge.

Un jour... (il y a de cela bien long-temps)... des lavandières étaient réunies à cette fontaine pour y essonger une lessive et en sécher les pièces sur les buissons voisins, près desquels leurs chiens vigilants faisaient bonne garde, quand tout-à-coup une pauvre femme en haillons, maigre et souffreteuse, s'approcha d'elles la main tendue, sollicitant un faible secours, un petit morceau de pain... Mais les lavandières, loin de prendre en pitié sa misère, la traitèrent de voleuse et poussèrent la brutalité jusqu'à lancer leurs chiens après elle.

Alors, aux lieu et place de la mendiante, se dresse, pleine d'une majesté céleste, la Sainte Vierge, qui dit à ces méchantes femmes : Je vous ai suppliées et vous m'avez outragée; je vous ai tendu la main et vous avez excité vos chiens après moi; hé bien, soyez maudites, et que votre châtiment serve d'exemple et de leçon à tous les cœurs pervers qui méprisent et insultent les pauvres !... toutes les fois que vous ou ceux qui descendront de vous, serez sur mes terres, au jour qui m'est spécialement consacré, vous aboierez comme des chiens, et vous vous tordrez dans les convulsions!....

A ces mots la Vierge disparut, et depuis lors, quand les descendants de ces lavandières, ignorants de leur origine, viennent assister le lundi de la Pentecôte aux offices et à la procession de Notre-Dame du Roncier, ils sont, aux abords de l'église, saisis d'affreuses convulsions, jettent des cris inarticulés et des aboiements qui ne cessent que lorsque, portés de force au tronc de Notre-Dame, ils ont touché de leurs lèvres écumantes les saintes reliques exposées à la vénération des fidèles. Ces reliques sont les restes précieusement conservés de l'ancienne statue miraculeuse, brûlée sur la place publique par les révolutionnaires de 93.


Partager cet article sur :