La légende de la fée du Dolmen de la Pierre-à-la-Fade de Rosnay [Rosnay (Indre)]

Publié le 25 novembre 2023 Thématiques: Chant du coq , Château , Construction , Construction inachevée , Dolmen/Menhir , Fée , Lieu hanté , Nuit , Origine d'une roche ,

Dolmen de la Pierre-à-la-Fade
Dolmen de la Pierre-à-la-Fade. Source bishop_pam via The Megalithic Portal
ajouter aux favoris Ajouter une alerte en cas de modification augmenter la taille du texte reduire la taille du texte
Source: Martinet, Ludovic / Légendes et superstitions populaires du Berry (1879) (moins d'1 minute)
Lieu: Château du Bouchet / Rosnay / Indre / France
Lieu: Dolmen de la Pierre-à-la-Fade / Rosnay / Indre / France

Le souvenir des fées est encore vivace dans une foule de localités du Berry. Presque partout ce sont elles qui ont édifié les dolmens et les menhirs, qu’elles portaient, malgré leur pesanteur énorme, dans leurs tabliers de gaze. Souvent aussi elles n’avaient pas le temps de les mettre en place, surprises qu’elles étaient, avant la fin de leur besogne, par le chant matinal du coq.

C’est ce qui arriva, entre autres, pour les dolmens de la Pierre-du-Charnier, commune de Saint-Aigny, et de la Pierre-à-la-Fade, commune de Douadic. La légende rapporte que la table de ce dernier dolmen était destinée aux fondations du donjon du Bouchet; mais la fée, qui était condamnée à transporter ce bloc dans son tablier, fut surprise par l’aurore avant d’avoir accompli sa tâche : le coq chanta; le frêle tablier se déchira, et la pierre tomba lourdement au bord de la Mer-Rouge.

Aujourd’hui encore, si l’on s’attarde, la nuit, près de l'immense étang, on voit fuir au-dessus des eaux une petite flamme tremblotante : c’est la pauvre fée qui revient, sans pouvoir terminer la lâche qui lui avait été confiée. Quant au donjon du Bouchet, on aperçoit toujours la place où manque l’assise que portait la fée.


Partager cet article sur :