La légende de la Dame de Montigny-le-Gannelon [Cloyes-les-Trois-Rivières (Montigny-le-Gannelon),(Eure-et-Loir)]

Publié le 2 septembre 2023 Thématiques: Accouchement , Enfant , Femme enceinte , Fleuve | Ruisseau | RIvière , Infanticide , Infidélité , Malédiction , Mauvais accueil , Mendiant , Noblesse , Noyade ,

Château de Montigny-le-Gannelon
Manfred Heyde, CC BY-SA 3.0 , via Wikimedia Commons
ajouter aux favoris Ajouter une alerte en cas de modification augmenter la taille du texte reduire la taille du texte
Source: Bérenger-Féraud Laurent-Jean-Baptiste / Les légendes de la Provence (1888) (2 minutes)
Lieu: Château de Montigny-le-Gannelon / Cloyes-les-Trois-Rivières (Montigny-le-Gannelon) / Eure-et-Loir / France

Le bourg de Montigny-le-Ganelon, sur la rive droite du Loir, dans le Vendomois, avait pour seigneur, au temps des croisades, un vaillant paladin qui avait pris les armes pour aller combattre les infidèles. Sa femme était restée dans son château et attendait patiemment son retour.

Un soir qu'elle promenait dans les environs, la châtelaine de Montigny rencontra une pauvre mendiante, mère de sept enfants qui semblaient avoir le même âge.

Au lieu de lui faire l'aumône, la grande dame la repoussa durement en lui disant : « Éloignez-vous, vilaine débauchée, une chienne n'a pas plus de petits que vous n'avez d'enfants. »

La mendiante, qui était une honnête femme, d'après les uns; qui était une sorcière d'après les autres, lui répondit : « Madame, c'est mal à vous de me dire pareille injure. Aussi, pour votre punition, dans neuf mois d'aujourd'hui, vous accoucherez d'autant d'enfants qu'une truie a de petits.

La châtelaine rit de la menace, étant parfaitement persuadée que c'était de vains mots. Mais chose étrange, bien que le châtelain fùt en terre éloignée depuis plus d'une année, voilà qu'elle grossit, et que neuf mois après, jour pour jour, elle accoucha de neuf petits enfants.

Or, le mari allait arriver incessamment; et comme elle redoutait le scandale, la malheureuse châtelaine dit à sa servante de confiance: « Prenez un de ces enfants, portez-le chez une nourrice qui l'élèvera sans savoir qui est la mère, jusqu'à ce que je le réclame. Quant aux autres, mettez-les dans un sac et allez les jeter à la rivière.

La servante obéit, mais voilà qu'au moment où elle était arrêtée sur le bord de la rivière et qu'elle ouvrait son sac pour noyer les pauvres enfants, une troupe de cavaliers arrive. C'était le châtelain qui revenait de Terre Sainte.

Le châtelain, qui la reconnait, s'approche d'elle, lui demande ce qu'elle vient faire à cette heure sur le bord de la rivière; elle répond qu'elle vient noyer des petits chiens. Il veut voir les pauvres bêtes et bientôt vit qu'il avait été trompé.

Il prit les enfants, les donna secrètement à élever chez des fermiers du voisinage, et ordonna à la servante de dire à sa maitresse que ses ordres avaient été exécutés ponctuellement, que les huit innocents avaient été noyés sans merci.

Quand le petit garçon, que la châtelaine avait fait envoyer en nourrice, fut sevré, elle eut l'air de le rencontrer un jour par hasard et de s'éprendre d'affection pour lui. Le châtelain parut se prêter à ce jeu inconsciemment; et comme elle lui demanda de l'adopter, il ordonna qu'on l'amenât au château où il fut élevé comme un fils adoptif.

Mais voilà que le jour où les enfants eurent sept ans, la chatelaine voit entrer dans sa chambre les neuf enfants tous si semblablement vêtus qu'elle ne put jamais distinguer l'un de l'autre.

Le châtelain parût alors et lui dit : « Madame, puisque vous ne pouvez les différencier l'un de l'autre c'est qu'ils sont frères. Or, comme j'ai découvert que l'enfant que nous élevions était votre fils, c'est neuf fois pour une que vous m'avez trompé et, par conséquent, vous méritez neuf fois la mort. »

Il la fit prendre alors par des gardes, la fit mettre dans un tonneau dont l'intérieur était rempli de clous acérés et fit lancer ce tonneau sur la pente d'un côteau qui arrivait jusqu'au bord de la rivière, de sorte que la malheureuse châtelaine fut percée de mille dards, et enfin noyée quand le tonneau fut au bout de sa course.


Partager cet article sur :


Je vous propose d'autres légendes de l' Eure-et-Loir

Bientôt d'autres légendes pour cette région !

Bientôt d'autres légendes pour cette région !