La légende des couleuvres du Bois de Lord [Grandham (Ardennes)]

Publié le 12 février 2023 Thématiques: Animal , Ferme , Mort , Paysan , Ruine financière , Serpent , Sorcellerie , Sorcière ,

Le bois de Lord
Le bois de Lord. Source Akpool.fr
ajouter aux favoris Ajouter une alerte en cas de modification augmenter la taille du texte reduire la taille du texte
Source: Meyrac Albert / La Forêt vosgienne, son aspect, son histoire, ses légendes (1896) (moins d'1 minute)
Lieu: Ferme du bois de Lord / Grandham / Ardennes / France

La « ferme du Bois de l'Or », entre Lançon et Grandham, était, jadis, tellement infectée de couleuvres, que son exploitation devenait impossible. Quand on liait les gerbes, elles s'échappaient des javelles au moment où on les soulevait, ce qui, très fort, effrayait les faucheurs.

-Je me débarrasserai pourtant de ces sales bêtes, dit un jour le fermier qui alla consulter une sorcière, fort renommée dans le pays de Lançon.

-Rien n'est plus facile, répondit la sorcière; allumez votre four et mettez une longue planche de la porte d'entrée du fournil à l'ouverture du four; je dirai quelques prières, et les couleuvres iront, d'elles-mêmes, se faire griller!

Le fermier exécuta de point en point ces instructions et bientôt vit arriver à la file une légion de couleuvres qui, toutes, rampant sur la planche, bondissaient ensuite dans le four embrasé où elles étaient rôties. Ce défilé dura de longues heures et, fermant, la marche, s'avançait péniblement une couleuvre si vieille, si vieille « qu'elle avait des poils blancs sur la tête ». Elle dit au fermier, avant de grimper sur la planche fatale:

-Il dépend de toi que je n'aille pas me jeter dans le bûcher, laisse-moi vivre et, à ton tour, tu vivras toujours heureux et l'or affluera chez toi. Mais si tu veux que je sois brûlée, le bonheur disparaîtra de ta ferme dont il ne restera plus, au bout de quelques années, que pierres sur pierres!

-Avance! avance! lui répondit durement le fermier; va te faire brûler comme les autres.

La vieille couleuvre gravit donc péniblement la planche et disparut ensuite dans les flammes. Mais ce qu'elle avait prédit au fermier arriva, car toutes ses terres devenant infertiles, il ne put jamais rien récolter; si bien que, ruiné, misérable, il dut abandonner sa ferme dont, aujourd'hui, un amas de cailloux marque seul l'emplacement.


Partager cet article sur :