La légende des genêts et de Saint Melaine [La Chapelle-de-Brain (Brain-sur-Vilaine),(Ille-et-Vilaine)]

Publié le 10 avril 2023 Thématiques: Entendre un son lointain , Légende chrétienne , Miracle , Origine , Plante , Sabbat , Saint Melaine , Saint | Sainte ,

L'église de Brain-sur-Vilaine
L'église de Brain-sur-Vilaine. Source GO69, CC0, via Wikimedia Commons
ajouter aux favoris Ajouter une alerte en cas de modification augmenter la taille du texte reduire la taille du texte
Source: de L'estourbeillon, Régis (comte) / Légende du pays d'Avessac (1897) (moins d'1 minute)
Lieu: Eglise Saint-Melaine / La Chapelle-de-Brain (Brain-sur-Vilaine) / Ille-et-Vilaine / France

On raconte à Avessac que saint Melaine aimait dès sa jeunesse à se rendre à l'école à Rennes, au grand désespoir de sa mère qui eût de beaucoup préféré en faire un laboureur qu'un grand savant. Souvent elle lui faisait des reproches de son peu d'attrait pour les travaux des champs et de sa négligence pour la culture de leur petit domaine. Or, un jour que notre saint avait encore quitté ses bestiaux pour aller à l'école à Rennes, malgré les défenses de sa mère, et la grande distance qui séparait cette ville de sa petite chaumière de Brain, il entendit tout à coup, au milieu de la classe, sa mère qui l'appelait : Melaine! Melaine ! Il en prévint aussitôt son maître qui d'abord le prit pour fou et ne voulut pas le croire, disant qu'à une pareille distance il était impossible qu'il entendit la voix de ses parents. Mais le saint insista, et ayant fait mettre au professeur sa main droite dans la sienne, son pied gauche sur le sien, celui-ci entendit aussi la voix, et, convaincu alors de la vérité, laissa à l'enfant toute liberté de s'en aller.

Melaine, à son retour, trouva sa mère fort en colère, et celle-ci, non contente de l'injurier durement, sortit pour ramasser des genêts et en fouetta longtemps notre saint.

A partir de ce jour, saint Melaine quitta son pays, et sur sa demande, par la permission de Dieu, il n'y eut plus de genêts dans la paroisse. Ainsi prit naissance le dicton encore en vogue dans la contrée : D'empeï que sa mère le reprint,
Genêt en Brain,
Melaine à Brain,
Jamais ne vint.

Il existe encore dans la commune d'Avessac une famille dont presque tous les membres ont sept et huit doigts à chaque main. La tradition locale prétend que cette difformité héréditaire n'est qu'une punition infligée par le ciel sur la demande de saint Melaine, un jour que celui avait vu la queue de son cheval arrachée par une personne de cette famille.


Partager cet article sur :