La légende du pont de Saint-Cloud [Saint-Cloud (Hauts-de-Seine)]

Publié le 20 décembre 2022 Thématiques: Âme , Âme du premier passant , Animal , Architecte , Chat , Diable , Diable constructeur , Diable roulé , Pacte avec le Diable , Pont , Saint Cloud , Saint | Sainte ,

Le pont de Saint-Cloud en 1808
Le pont de Saint-Cloud en 1808. Source Scanné par Claude_villetaneuse, Public domain, via Wikimedia Commons
ajouter aux favoris Ajouter une alerte en cas de modification augmenter la taille du texte reduire la taille du texte
Source: de Ponthieu Amédée / Légendes du vieux Paris (1867) (2 minutes)
Lieu: Pont de Saint-Cloud / Saint-Cloud / Hauts-de-Seine / France

On arrivait à Saint-Cloud par un pont de bois jeté sur la Seine, souvent endommagé par les crues du fleuve et réparé à l'aide du produit du péage que l'on y percevait. C'est seulement sous Henri II, en 1656, que commencèrent les travaux d'un pont en pierre, destiné à le remplacer, et au milieu duquel se dressait la célèbre tour dite de Henri II.

Si nous en croyons la légende, ce pont appartient à la collection de ceux bâtis par le diable, le plus habile architecte du moyen âge.

Les travaux du pont allaient lentement, les difficultés surgissant à chaque pas, l'architecte était très-embarrassé. Il se désolait, quand le diable vint à son secours et lui promit qu'il serait promptement terminé s'il consentait, en récompense, à lui octroyer le premier être vivant qui traverserait le pont. Satan s'économisait ainsi la peine de le faire succomber à la tentation.

Le marché conclu, l'architecte eut des scrupules et se demanda s'il ne se livrait pas lui-même au diable en vendant une âme qui ne lui appartenait pas. Mais, pendant qu'il faisait ces réflexions un peu trop tardives, le pont s'acheva comme par enchantement.

Si le marché eût été connu, personne n'aurait voulu inaugurer le pont qui, alors, serait devenu inutile. Mais l'entrepreneur fut discret, il était d'ailleurs trop intéressé dans la collaboration.

Dans son embarras, il eut recours à saint Cloud, passa la Seine sur un batelet et vint prier sur son tombeau.

Saint Cloud, habitué toute sa vie à se moquer du diable, l'inspira bien en lui indiquant le moyen de s'y prendre pour le tromper. Pardonnons-lui, chers lecteurs, cette innocente supercherie était bien permise à un saint, et pensez que l'enjeu était une âme de chrétien.

Le jour de l'inauguration, il lâcha des souris à l'entrée du pont et mit à leur poursuite un gros chat que Satan prit au passage, en faisant sans doute la grimace d'avoir trouvé plus fin que lui.

Ne louons pourtant pas trop vite Satan; si, dans cette circonstance, il se montra le meilleur diable du monde ; il est probable qu'il avait prévu l'avenir, et je suis sûr qu'en faisant l'addition des âmes qui ont passé depuis sur le pont de Saint-Cloud et sont allées au diable, il est bien amplement dédommagé de cette ingénieuse supercherie de son rusé contractant. Ceux qui ont passé après le chat ont payé la dette de l'architecle.

Le pont d'Henri II se composait de quatorze arches; il a été remplacé sous la Restauration par le pont actuel, remarquable par l'absence de dos d'âne que faisaient tous les anciens ponts.


Partager cet article sur :


Je vous propose d'autres légendes des Hauts-de-Seine

Bientôt d'autres légendes pour cette région !

Bientôt d'autres légendes pour cette région !